L'accompagnement ostéopathique des enfants et adolescents

Objectifs du traitement ostéopathique chez l'enfant et l'adolescent

L'enfance

La petite enfance (2 à 6 ans) et l’enfance (de 6 ans à 13 ans) sont des périodes primordiales dans le développement de l'individu, de par l'importance des apprentissages qui s'y opèrent (parole, entrée à l’école, sport, changements physiques...). Parallèlement, 3/4 des chutes et des heurts qui affectent une vie se produisent pendant cette période, avec des conséquences qui peuvent se manifester tout au long de l’existence.

La croissance et le développement de l'enfant peuvent être retardés ou modifiés par d'anciens traumatismes ou des compensations posturales. On note d'ailleurs fréquemment chez l'enfant des troubles de la statique (scolioses, lordoses ou cyphoses). Il est alors très important d'établir un diagnostic ostéopathique qui permettra un traitement adapté visant à ralentir où stopper le développement de ces types de pathologies qui pourraient devenir handicapantes à l’âge adulte.

L'adolescence

À l’adolescence, la croissance s’accélère parallèlement aux contraintes physiques subie (port d’un sac à dos lourd, activité sportive intense, posture maintenue à l’école). S'ajoute à ces facteurs la puberté avec son cortège d'adaptations nouvelles, notamment hormonales. Il est alors intéressant d'accompagner l'adolescent dans cette transformation vers l'âge adulte afin que celle-ci s'effectue sans encombres.

Motifs de consultation chez l'enfant et l'adolescent

Bilan et prévention

Bien souvent, votre enfant ne manifestera aucune gène particulière. La prise en charge ostéopathique se veut alors préventive, afin de s'assurer du développement harmonieux de votre enfant, et de supprimer les entraves à son bon état de santé.

Accompagnement

En collaboration avec le pédiatre et les professionnels de santé suivant votre enfant, une prise en charge ostéopathique peut être bénéfique notamment dans le cas de:

Douleurs rachidiennes : les douleurs du dos, fréquentes en période de croissance (mauvaises postures, cartable lourd) doivent être particulièrement surveillées.

• Orthodontie : la succion du pouce ou d’une tétine peut entraîner une mauvaise occlusion dentaire, voire une déformation du palais que l’ostéopathe peut améliorer si elle est détectée suffisamment tôt. Plus tard, la pose d’un appareil dentaire pourra produire des contraintes qui auront un effet sur les os du crâne avec de possibles effets secondaires (migraines, troubles du sommeil...). En collaboration avec le dentiste et l’orthodontiste, l’ostéopathe cherchera alors à réduire les problèmes posturaux causés par une modification de l’occlusion du jeune patient.

Pathologies ORL chroniques (sinusite, rhino-pharyngite, otite) : la chronicité résulte d'une contrainte sous-jacente à la simple infection. Dans certains cas, des troubles de la mobilité de structures crâniennes ou faciales sont à l'origine du mauvais fonctionnement O.R.L. Dans ce cas l'utilisation de techniques ostéopathiques est tout indiqué.

Troubles du comportement et du sommeil : par le biais de techniques crâniennes appropriées, l’ostéopathe peut amener un enfant à se centrer, à fixer son attention et lui permettre de retrouver un sommeil normal.

• Les autres motifs de consultation sont communs avec ceux de l'adulte que vous retrouverez en cliquant ici.

 

Source: Osteomag.fr - Ostéopathie pour les enfants : des moments-clés de la vie